19/08/2009

Facelift de la Mazda RX-8

decoration

Facelift de la Mazda RX-8

La Mazda RX-8, qui se pare de nombreuses innovations, est d’ores et déjà disponible à la commande. Les livraisons de cette sportive japonaise débuteront cet automne. Le public pourra néanmoins découvrir la 2+2 portes liftée au salon IAA de Francfort (du 17 au 27 septembre 2009).
Si l’on en croit le programme du facelift, la propulsion dotée d’un moteur à pistons rotatifs ne sera plus proposée qu’en version 231 CV. La motorisation de base de 192 CV disparaît. Le moteur central avant est couplé à la nouvelle boîte à 6 rapports développée pour la troisième génération de la MX-5. Le véhicule embarque également de nouvelles pompes doseuses électromagnétiques destinées à assurer une meilleure lubrification, ainsi qu’un carter d’huile amélioré. Un second capteur a été ajouté en vue de réduire la tendance du moteur à pistons rotatifs à cliqueter. Propulsée par ses 231 CV, la RX-8 passe de 0 à 100 km/h en 6,4 secondes. Sa vitesse maximale frôle quant à elle les 234 km/h. Cette Mazda sportive consomme en moyenne 11,5 litres de super aux 100 km.
decorationSur le plan optique, Mazda a également mis la main à la pâte. Les pare-chocs et les phares au xénon ont été revisités, de même que le serti des clignotants latéraux et les garde-boue avant. À l’arrière, la nouvelle version se distingue de l’ancienne par ses deux pots d’échappement, plus grands, par ses nouveaux feux arrière LED et un spoiler de conception nouvelle. La finition laquée piano de l’habitacle en accentue l'élégance. Les sièges sport noirs et le volant à trois branches s’agrémentent quant à eux de coutures rouges.
La version « Sports-Line », la seule disponible, est dotée notamment d’une interface Bluetooth, de capteurs de pluie et de luminosité, d'un système audio Bose avec quatre haut-parleurs et quatre caissons de basses, ainsi que d’un système de compensation du bruit.

00:40 Écrit par Vianney dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

18/08/2009

F-Cell Roadster : Mercedes à l’extrême du rétrofuturisme

F-Cell Roadster : Mercedes à l’extrême du rétrofuturisme

Mercedes F Cell Roadster
Quand les designers de Mercedes ont cherché à mettre en forme le projet de Roadster pile à combustible du constructeur allemand, ils ont littéralement cherché l’inspiration aux racines de la marque. Plutôt que de chercher à réinterpréter certaines reines de beauté comme la mythique 300SL, c’est du côté de la toute première Benz de 1886 qu’il se sont tournés pour chercher l’inspiration.
Le résultat est en décalage complet avec ce qu’on a l’habitude de voir, mais au final c’est plutôt réussi. Alors d’accord, on n’est pas prêts de voir ce genre de véhicule sillonner nos campagnes, avec sa carrosserie ouverte au niveau des pieds et son joystick pour manoeuvrer, mais c’est une belle illustration d’un retour aux fondamentaux de la voiture plaisir. Une voiture propre, qui n’est pas faite pour rouler vite (comme en attestent ses roues de vélo), mais pour se balader en mode gentleman driver. Avec une vitesse maximale de 25km/h, et zéro émission, c’est un bel éloge de la lenteur. Vous avez dit slow design?
Pour en savoir plus : F Cell Roadster.

Mercedes F Cell Roadster

Mercedes F Cell Roadster

Mercedes F Cell Roadster

Mercedes F Cell Roadster

Mercedes F Cell Roadster

Mercedes F Cell Roadster

Mercedes F Cell Roadster

Mercedes F Cell Roadster

Quelques vidéo :

 

 

01:53 Écrit par Vianney dans Design | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Halo : La bombe à LED

Des graff avec du style? sans habîmer? dans l'air du temps? moi je dis OUI !!!!

halo led


Voilà une petite idée bien dans l’air du temps, un bricolage signé Aissa Logerot : si vous avez regardé la TV ces derniers mois, vous n’avez que pu constater que le truc à la mode dans la pub c’est les dessins dans l’air avec des LED et un appareil en pose longue… Et bien pour permettre aux graffeurs de conserver leurs habitudes, et aux autres d’avoir un moyen simple d’éclairage pour leur créations artistiques, il y a halo!
Halo, c’est tout simplement une bombe de peinture où un générateur cinétique et un accu ont remplacé la peinture, et une LED a remplacé la buse… Résultat? On secoue pour charger l’accu, et on appuie sur le bouton pour allumer la LED… Avec un gadget aussi bien fait, ça me donne envie d’essayer le light painting! Pour changer de couleur, il suffit de changer le bouton/buse, et le tour est joué…
A nouvelles disciplines nouveaux objets… Alors qui sait, peut-être qu’un jour le light painting va exploser et qu’on va retrouver ces objets en rayon?


halo led

halo led

00:57 Écrit par Vianney dans Design | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

17/08/2009

La Porsche Panamera est là

Essai Porsche Panamera : Timide émancipation

A trop singer la 911, la première berline Porsche de l'histoire n'a pas, au final, l'élégance racée d'une Maserati Quattroporte. Mais l'allemande n'en a cure : on a certes déjà vu des salons roulants plus confortables, mais aucun ne s'est jamais révélé aussi redoutable sur la route que cette Panamera.

 

decoration

Parfaitement calé dans mon baquet, j'étends les jambes, tout en réglant la climatisation aux petits oignons. Je suis bien... à l'arrière de cette Panamera. Elle a beau être large (1,93 m), il y a néanmoins beaucoup moins d'espace aux épaules que dans une Mercedes Classe S (133 cm contre 148), mais comme la Porsche n'offre que deux places, ce n'est pas gênant. L'encombrement des sièges avant, monocoques, l'est davantage, car il faut se tortiller pour apercevoir la route. N'empêche, ces places sont enviables : les bruits sont magnifiquement filtrés tandis que le confort de roulement séduit, tant que la route n'est pas trop dégradée, avec le mode le plus doux de la suspension pilotée (option). En plus, on est aux premières loges quand le conducteur appuie sur la touche "échappement", qui, grâce à une valve, libère (trop peu à mon goût) le timbre du V8. Quelques "broaa, broaa" plus tard, on n'a qu'une envie, déloger le chauffeur et prendre sa place !

decoration

Clé à gauche du volant, gros compte-tours au centre, sans oublier le chrono qui trône au sommet de la planche de bord (option), aucun doute, on est dans une Porsche. La colossale console, qui entoure le levier de vitesse et traverse l'habitacle dans sa longueur, manque d'élégance, mais avec son concept "une fonction, une touche", l'ergonomie enchante. On n'en dira pas autant des commandes de la boîte PDK à double embrayage ("" inversés sur le levier et palettes peu pratiques sur les branches du volant). Dommage, car cette transmission, la seule disponible sur la Panamera 4S, n'est pas seulement une bonne boîte automatique agréable en ville, c'est aussi une alliée de choix pour s'encanailler au volant.


decoration

Une fois installé, on oublie l'encombrement (4,97 m, c'est long) et les 1.860 kg annoncés pour se concentrer sur la conduite. En vrai pousse-au-crime, le V8 de 4,8 l, aussi puissant que velouté, entraine la Panamera avec tant de facilité qu'il est heureux, pour la santé de mon permis, que nous soyons en Allemagne. Sûre, cette Porsche à moteur avant s'avère d'une stabilité hors pair à très haute vitesse, là où une 911 demande de la concentration. Les courbes s'enchainent à des allure inouïes alors que, coude à la portière, je devise sereinement avec des convives qui profitent chacun d'un excellent maintien latéral. En option, les freins céramique-composite assurent des freinages puissants en toute décontraction.

 

decoration

 

Sur une simple route cette berline démontre aussi un talent hors normes. Au-delà de l'efficacité, forcément limitée par le gabarit et la tolérance de vos passagers, la facilité de conduite bluffe. D'une motricité impeccable - merci les quatre roues motrices - cette Porsche fait preuve d'une adhérence respectable et de réactions progressives. Bref, la Panamera est une vraie Porsche. Et s'il reste élitiste, son tarif n'est pas si éloigné de celui d'une BMW 750i et plus raisonnable que celui d'une "petite" 911 Carrera 4S PDK. De quoi mieux faire passer la pilule d'une grosse silhouette calquée sur l'encombrante icône 911 .

 decoration

http://flash.porsche.com/microsite/panamera/flash/default...

 

pour le prix compter environ 96 000€

20:01 Écrit par Vianney dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Ford Mustang silver edition, american way of drive ! Joyeux Anniversaire MuMu !!!!

decoration

 

Un épais nuage de fumée, des traces de pneus de plusieurs dizaines de mètres sur le bitume surchauffé d'un désert de l'ouest, c'est en résumé ce que retient notre inconscient collectif quand on évoque les voitures sportives américaines. D'un côté, la Corvette de Chevrolet et de l'autre la Mustang de Ford imaginée par Lee Iacocca.

decoration


Cette année, nous fêterons les 45 ans de la Mustang, oui déjà 45 ans que la Mustang représente la glorieuse histoire des pony et muscle cars. Des machines à rêves, populaires dans tous les états des Etats-Unis. Et cette Mustang fait aussi partie de mon rêve automobile, depuis la premère fois où enfant j'ai vu Bullit, cette poursuite dans San Fransisco avec Steve McQueen, je ne l'oublierais jamais, je vais être franc, c'est même peut être un de mes premiers émois automobile, oui pour beaucoup cette passion pour la Mustang est née là.

decoration


Ford en ressortant la Mustang dans un style néo rétro il y a une poignée d'années, à bien réussi son affaire. La voiture est superbe, musclée, racée comme à l'origine mais elle a su aussi s'améliorer avec le temps. Tout les noms prestigieux associés à la Mustang ont eux aussi refaient surface, Shelby, Bullit, GT... aujourd'hui pour les 45 ans c'est son père fondateur qui se voit honoré, Lee Iacocca, par cette silver edition.

decoration


Un design très "Mustang" poussé à l'extrême, fluidifié, lissé... à l'image d'un prototype tout en aluminium et vierge de toute peinture. De l'essence, de l'adn pur de Mustang. Dans les deux motorisations de 320 ou 400 ch, elle va faire fureur, avec son intérieur spécifique en cuir noir, signé comme sur l'extérieur du précieux nom Iacocca.

decoration


La climatisation à fond, un bon vieux Hotel California en fond sonore, un soleil couchant, des longs rubans de bitume, l'aventure à l'ouest... c'est bon les clichés.

decoration

 

retrouvez plus de photos ici > http://www.carbodydesign.com/gallery/2009/06/23-iacocca-m...

03:06 Écrit par Vianney dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Asus Edition Lamborghini

Un pc aussi puissant que le moteur de la marque... et d'une finition toute aussi magnifique

decoration

Design racé, estampillé du fameux taureau Lamborghini, le VX2 d'Asus est un ordinateur puissant, misant sur l'autonomie. Ferrari chez les uns, Lamborghini chez les autres... les portables marqués du sceau de ces grands constructeurs automobiles donnent, généralement, lieu à un design soigné et à une débauche de puissance.

decoration


Sous le capot du VX2, ça se confirme. On trouve un des plus puissants Core 2 Duo d'Intel, une quantité de mémoire plus que confortable et une carte graphique qui bénéficie de 512 Mo de mémoire vidéo dédiée. De quoi laisser sur place pas mal de concurrents et faire taire les détracteurs.

prix: 2799€

02:53 Écrit par Vianney dans Design | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

16/08/2009

Paco Rabanne lance une série limitée du “One Million” à 40000€

Un an après son lancement, le parfum “One million” de Paco Rabanne est un succès. Et pour fêter l’événement, la marque lance une série limitée du parfum avec un écrin luxe dont le flacon en forme de lingot d’or se pare cette fois réellement du précieux métal.

1milliongold21

Pour réalisé cette édition extrêmement limitée de 9 kg réalisable sur commande, Paco Rabanne a fait appel au joaillier et orfèvre M. Mathon, au designer Noé Duchaufour-Lawrance, ainsi qu’à Fred Pinel pour concevoir un écrin pas moins luxueux. Baptisé « 1 Million 18 Carats », cet anniversaire en grande pompe devrait enchanter sans mal les adeptes les plus fortunés de la fragrance.

Flacon plaqué d’or massif 18 carats, signature Paco Rabanne dominé par un diamant de 0,3 carats, mallette en fine fleur de vachette à l’intérieur en galuchat noir, doté de trois tiroirs secrets pour les recharges, une lumière intérieur propre alimentée par une batterie protégée dans un étui de cuir, tout comme le cadenas doré destiné à fermer la mallette…il faudra ainsi compter au minimum 40 000 euros sur devis pour acquérir l’ensemble.

 

 

et dire que j'ai encore mon édition classic... bref du bonheur ce parfum!

03:00 Écrit par Vianney dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |